Reconnecting Asia : Mapping continental ambitions

Desseins Géopolitiques

Competing Visions
A geoeconomic contest is underway to shape Asia’s future. Regional powers are putting forward ambitious plans for building roads, railways, pipelines, and other hard infrastructure across the region. Drawing on official sources, CSIS experts developed the maps below to illustrate some of these competing visions. Each map captures, in broad strokes, the major infrastructure priorities of a leading actor. Collectively, these maps preview a competition as wide-ranging as the region itself. As this story unfolds, the collection below will be expanded and updated.

chinas_vision_10212016

Announced in 2013, China’s “One Belt One Road” (OBOR) initiative drives across the Eurasian landmass in two grand sweeps: the ocean-based 21st Century Maritime Silk Road and the overland Silk Road Economic Belt. As Chinese President Xi Jinping’s signature foreign policy effort, OBOR is striking for its opacity as well as its ambition. On the surface, it imagines a future Eurasia where all routes lead…

View original post 554 mots de plus

Publicités

2e tour présidentielle 2017 : comprendre le vote des français par Ipsos France

2e tour présidentielle 2017 : comprendre le vote des français

  1. 1. 1 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 11 2ND tour présidentielle 2017 COMPRENDRE LE VOTE DES FRANÇAIS
  2. 2. 2 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 FICHE TECHNIQUE ÉCHANTILLON DATES DE TERRAIN Du 4 au 6 mai 2017. MÉTHODE 4 838 personnes inscrites sur les listes électorales, constituant un échantillon national représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Échantillon interrogé par Internet. Méthode des quotas : sexe, âge, profession de l’individu, région, catégorie d’agglomération. Comme pour toute enquête quantitative, cette étude présente des résultats soumis aux marges d’erreur inhérentes aux lois statistiques. Ce rapport a été élaboré dans le respect de la norme internationale ISO 20252 « Etudes de marché, études sociales et d’opinion ». La notice de cette enquête est consultable à la commission des sondages
  3. 3. 3 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 PRÉCISIONS SUR L’INTERVALLE DE CONFIANCE L’intervalle de confiance (appelé aussi marge d’erreur) est l’intervalle dans lequel se trouve la valeur recherchée avec une probabilité fixée (le niveau de confiance). L’amplitude de cet intervalle dépend du niveau de confiance, de la valeur observée et de la taille de l’échantillon. Le calcul n’est justifié que pour les sondages aléatoires. Il ne peut pas être déterminé dans le cas de sondages par quotas mais on considère qu’il est proche de celui des sondages aléatoires. Note de lecture : pour un échantillon de 4800 personnes, si le score mesuré est de 25%, il y a 95% de chances que la valeur réelle se situe aujourd’hui entre 23,8% et 26,2% (plus ou moins 1,2 point). INTERVALLE DE CONFIANCE (avec un niveau de confiance de 95%) Taille d’échantillon SCORES OBTENUS 2% ou 98% 5% ou 95% 10% ou 90% 15% ou 85% 20% ou 80% 25% ou 75% 30% ou 70% 35% ou 65% 40% ou 60% 45% ou 55% 50% 400 cas 1,4 2,1 2,9 3,5 3,9 4,2 4,5 4,7 4,8 4,9 4,9 500 cas 1,2 1,9 2,6 3,1 3,5 3,8 4,0 4,2 4,3 4,4 4,4 600 cas* 1,1 1,8 2,4 2,9 3,3 3,5 3,7 3,9 4,0 4,1 4,1 800 cas 1,0 1,5 2,1 2,5 2,8 3,0 3,2 3,3 3,4 3,4 3,5 1000 cas 0,9 1,4 1,9 2,2 2,5 2,7 2,8 3,0 3,0 3,1 3,1 1300 cas** 0,8 1,2 1,7 2,0 2,2 2,4 2,5 2,7 2,7 2,8 2,8 2900 cas*** 0,5 0,8 1,1 1,3 1,5 1,6 1,7 1,8 1,8 1,8 1,9 4800 cas**** 0,4 0,6 0,9 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 1,4 1,4 1,4 * Base ceux votant blanc ou nul **Base abstentionnistes *** Base votants exprimés **** Base inscrits
  4. 4. 4 L’ABSTENTION
  5. 5. 5 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE Les principales raisons de l’abstention (1/2) Base : Aux abstentionnistes Je refuse de choisir entre deux candidats que je rejette totalement Je ne les rejette pas mais aucun des deux candidats ne correspond à mes idées Quel que soit mon vote, cela ne sert à rien, E. Macron battra M. Le Pen Vous ne pensez pas être disponible le jour du vote (contraintes familiales, vacances, etc.) Vous ne vous intéressez pas à la politique 31% 28% 16% 15% 10% Question : Quelle est, parmi les suivantes, la principale raison qui pourrait expliquer que vous n’alliez pas voter au 2nd tour de l’élection présidentielle dimanche prochain ?
  6. 6. 6 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE Les principales raisons de l’abstention – selon le vote de 1er tour (2/2) Base : Aux abstentionnistes Question : Quelle est, parmi les suivantes, la principale raison qui pourrait expliquer que vous n’alliez pas voter au 2nd tour de l’élection présidentielle dimanche prochain ? % ENSEMBLE Electeurs de F. Fillon Electeurs de J-L. Mélenchon Electeurs de B. Hamon N. Dupont- Aignan Je refuse de choisir entre deux candidats que je rejette totalement 31 41 50 37 21 Je ne les rejette pas mais aucun des deux candidats ne correspond à mes idées 28 33 32 39 36 Quel que soit mon vote, cela ne sert à rien, Emmanuel Macron battra Marine Le Pen 16 13 10 7 19 Vous ne pensez pas être disponible le jour du vote 15 11 7 13 8 Vous ne vous intéressez pas à la politique 10 2 1 4 16 SELON L’ÉLECTORAT 1ER TOUR
  7. 7. 7 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 LE VOTE BLANC OU NUL
  8. 8. 8 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE Les principales raisons du vote blanc ou nul (1/2) Base : Aux ceux votant blanc ou nul Je refuse de choisir entre deux candidats que je rejette totalement Je ne les rejette pas mais aucun des deux candidats ne correspond à mes idées Quel que soit mon vote, cela ne sert à rien, Emmanuel Macron battra Marine Le Pen 51% 39% 10% Question : Quelle est, parmi les suivantes, la principale raison qui pourrait expliquer que vous votiez blanc ou nul au 2nd tour de l’élection présidentielle dimanche prochain ?
  9. 9. 9 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE Les principales raisons du vote blanc – selon le vote de 1er tour (2/2) Base : Aux ceux votant blanc ou nul Question : Quelle est, parmi les suivantes, la principale raison qui pourrait expliquer que vous votiez blanc ou nul au 2nd tour de l’élection présidentielle dimanche prochain ? % ENSEMBLE Electeurs de F. Fillon Electeurs de J-L. Mélenchon Electeurs de B. Hamon N. Dupont- Aignan Je refuse de choisir entre deux candidats que je rejette totalement 51 52 68 49 37 Je ne les rejette pas mais aucun des deux candidats ne correspond à mes idées 39 39 24 43 60 Quel que soit mon vote, cela ne sert à rien, Emmanuel Macron battra Marine Le Pen 10 9 8 8 3 SELON L’ÉLECTORAT 1ER TOUR
  10. 10. 10 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 LES RAISONS DU VOTE POUR CHAQUE CANDIDAT
  11. 11. 11 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE Les raisons du vote en faveur d’Emmanuel Macron (1/2) Base : Aux électeurs d’Emmanuel Macron au 2nd tour Votre opposition à Marine Le Pen Le renouvellement politique qu’il représente Son programme Sa personnalité 43% 33% 16% 8% Question : Parmi les éléments suivants, quel est celui qui a le plus compté dans votre choix de voter pour Emmanuel Macron ?
  12. 12. 12 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE Les raisons du vote en faveur d’E. Macron – selon le vote de 1er tour (2/2) Question : Parmi les éléments suivants, quel est celui qui a le plus compté dans votre choix de voter pour Emmanuel Macron ? % ENSEMBLE Electeurs d’E. Macron Electeurs de F. Fillon Electeurs de J-L. Mélenchon Electeurs de B. Hamon N. Dupont- Aignan Votre opposition à Marine Le Pen 43 20 57 71 65 64 Le renouvellement politique qu’il représente 33 49 22 14 21 14 Son programme 16 21 14 9 11 17 Sa personnalité 8 10 7 6 3 5 Base : Aux électeurs d’Emmanuel Macron au 2nd tour SELON L’ÉLECTORAT 1ER TOUR
  13. 13. 13 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE Les raisons du vote en faveur de Marine Le Pen (1/2) Base : Aux électeurs de Marine Le Pen au 2nd tour Question : Parmi les éléments suivants, quel est celui qui a le plus compté dans votre choix de voter pour Marine Le Pen ? Le renouvellement politique qu’elle représente Son programme Votre opposition à Emmanuel Macron Sa personnalité 41% 30% 22% 7%
  14. 14. 14 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE Les raisons du vote en faveur de M. Le Pen – selon le vote de 1er tour (2/2) Question : Parmi les éléments suivants, quel est celui qui a le plus compté dans votre choix de voter pour Marine Le Pen ? Base : Aux électeurs de Marine Le Pen au 2nd tour SELON L’ÉLECTORAT 1ER TOUR % ENSEMBLE Electeurs de M. Le Pen Electeurs de F. Fillon Electeurs de J-L. Mélenchon N. Dupont- Aignan Le renouvellement politique qu’elle représente 41 43 35 27 35 Son programme 30 35 9 30 26 Votre opposition à Emmanuel Macron 22 14 49 37 37 Sa personnalité 7 8 7 6 2
  15. 15. 15 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 LA PERCEPTION DE LA CAMPAGNE D’ENTRE-DEUX-TOURS
  16. 16. 16 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE L’opinion sur l’attitude d’Emmanuel Macron pendant la campagne d’entre-deux-tours Question : Depuis le soir du 1er tour, quand vous pensez à la campagne électorale de l’entre-deux- tours, diriez-vous qu’Emmanuel Macron : 56 5 16 13 27 11 4 47 20 23 15 27 40 48 64 64 58 62 Electeurs d’E.Macron Electeurs de M. Le Pen Electeurs de F. Fillon Electeurs de J-L Mélenchon Electeurs de B. Hamon Electeurs de N. Dupont-Aignan SELON L’ÉLECTORAT 1ER TOUR Surpris en bien Surpris en mal Ni l’un, ni l’autre Base : Inscrits 21% 21% 58% Vous a surpris plutôt en bienNi l’un, ni l’autre Vous a surpris plutôt en mal
  17. 17. 17 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE L’opinion sur l’attitude de Marine Le Pen pendant la campagne d’entre-deux-tours Question : Depuis le soir du 1er tour, quand vous pensez à la campagne électorale de l’entre-deux- tours, diriez-vous que Marine Le Pen : 5 54 10 8 6 14 62 8 38 36 48 23 33 38 52 56 46 63 Electeurs d’E.Macron Electeurs de M. Le Pen Electeurs de F. Fillon Electeurs de J-L Mélenchon Electeurs de B. Hamon Electeurs de N. Dupont-Aignan SELON L’ÉLECTORAT 1ER TOUR Surpris en bien Surpris en mal Ni l’un, ni l’autre Base : Inscrits 17% 35% 48% Vous a surpris plutôt en bienNi l’un, ni l’autre Vous a surpris plutôt en mal
  18. 18. 18 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 LE DÉBAT
  19. 19. 19 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE L’opinion sur l’attitude d’Emmanuel Macron durant le débat télévisé du 3 mai Question : Durant le débat télévisé du mercredi 3 mai qui a opposé les deux candidats, diriez-vous qu’Emmanuel Macron : 65 6 25 22 43 13 10 61 37 35 21 40 25 33 38 43 36 47 Electeurs d’E.Macron Electeurs de M. Le Pen Electeurs de F. Fillon Electeurs de J-L Mélenchon Electeurs de B. Hamon Electeurs de N. Dupont-Aignan SELON L’ÉLECTORAT 1ER TOUR Vous a plutôt rassuré Vous a plutôt inquiété Ni l’un, ni l’autre Base : A ceux qui ont vu ou ont entendu parler du débat 28% 33% 39% Vous a plutôt rassuré Ni l’un, ni l’autre Vous a plutôt inquiété
  20. 20. 20 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE L’opinion sur l’attitude de Marine Le Pen durant le débat télévisé du 3 mai Question : Durant le débat télévisé du mercredi 3 mai qui a opposé les deux candidats, diriez-vous que Marine Le Pen : 1 45 7 6 4 11 85 17 64 63 76 47 14 38 29 31 20 42 Electeurs d’E.Macron Electeurs de M. Le Pen Electeurs de F. Fillon Electeurs de J-L Mélenchon Electeurs de B. Hamon Electeurs de N. Dupont-Aignan SELON L’ÉLECTORAT 1ER TOUR Vous a plutôt rassuré Vous a plutôt inquiété Ni l’un, ni l’autre Base : A ceux qui ont vu ou ont entendu parler du débat 13% 56% 31% Vous a plutôt rassuré Ni l’un, ni l’autre Vous a plutôt inquiété
  21. 21. 21 LE FUTUR PREMIER MINISTRE
  22. 22. 22 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE L’opinion sur la nomination d’un Premier ministre issu de la gauche modérée Question : Si Emmanuel Macron est élu président de la République et s’il nommait un Premier ministre issu de la gauche modérée, diriez-vous que vous seriez : 37 4 45 3 5 29 51 8 19 65 14 66 57 24 12 45 44 31 41 31 38 47 37 47 Electeurs d’E.Macron Electeurs de M. Le Pen Electeurs d’E.Macron Electeurs de M. Le Pen Electeurs de F. Fillon Electeurs de J-L Mélenchon Electeurs de B. Hamon Electeurs de N. Dupont-Aignan SELON L’ÉLECTORAT 1ER TOUR Plutôt satisfait Plutôt déçu Ni l’un, ni l’autre Base : Inscrits 20% 36% 44% Plutôt satisfaitNi l’un, ni l’autre Plutôt déçu SELON L’ÉLECTORAT 2ND TOUR
  23. 23. 23 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE L’opinion sur la nomination d’un Premier ministre issu de la droite modérée Question : Si Emmanuel Macron est élu président de la République et s’il nommait un Premier ministre issu de la droite modérée, diriez-vous que vous seriez : Base : Inscrits 24% 30% 46% Plutôt satisfaitNi l’un, ni l’autre Plutôt déçu 31 21 32 16 56 8 7 29 27 38 22 42 10 50 58 24 42 41 46 42 34 42 35 47 Electeurs d’E.Macron Electeurs de M. Le Pen Electeurs d’E.Macron Electeurs de M. Le Pen Electeurs de F. Fillon Electeurs de J-L Mélenchon Electeurs de B. Hamon Electeurs de N. Dupont-Aignan SELON L’ÉLECTORAT 1ER TOUR Plutôt satisfait Plutôt déçu Ni l’un, ni l’autre SELON L’ÉLECTORAT 2ND TOUR
  24. 24. 24 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE L’opinion sur la nomination d’un Premier ministre issu de la société civile Question : Si Emmanuel Macron est élu président de la République et s’il décidait de nommer comme Premier ministre une personne qui n’a jamais exercé de mandat politique, diriez-vous : Base : Inscrits 43% 28% 29% Que ce serait plutôt une bonne idée, il faut renouveler le personnel politique Ni l’un, ni l’autre Que ce serait plutôt une mauvaise idée, il faut de l’expérience pour être Premier ministre 55 34 62 33 37 46 48 41 22 36 18 37 41 22 21 31 23 30 20 30 22 32 31 28 Electeurs d’E.Macron Electeurs de M. Le Pen Electeurs d’E.Macron Electeurs de M. Le Pen Electeurs de F. Fillon Electeurs de J-L Mélenchon Electeurs de B. Hamon Electeurs de N. Dupont-Aignan SELON L’ÉLECTORAT 1ER TOUR Plutôt bonne idée Plutôt mauvaise idée Ni l’un, ni l’autre SELON L’ÉLECTORAT 2ND TOUR
  25. 25. 25 LA FUTURE ASSEMBLÉE NATIONALE
  26. 26. 26 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE La future Assemblée nationale (1/2) Question : Les prochaines élections législatives auront lieu au mois de juin. S’il est élu président de la République, souhaitez-vous qu’Emmanuel Macron dispose d’une majorité absolue de députés à l’occasion de ces élections législatives ? 70 12 88 12 30 29 51 21 30 88 12 88 70 71 49 79 Electeurs d’E.Macron Electeurs de M. Le Pen Electeurs d’E.Macron Electeurs de M. Le Pen Electeurs de F. Fillon Electeurs de J-L Mélenchon Electeurs de B. Hamon Electeurs de N. Dupont-Aignan SELON L’ÉLECTORAT 1ER TOUR ST Oui ST Non Base : Inscrits SELON L’ÉLECTORAT 2ND TOUR 15% 24% 31% 30% Oui, tout à fait Oui, plutôt Non, plutôt pas Non, pas du tout ST Oui 39% ST Non 61%
  27. 27. 27 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE La future Assemblée nationale (2/2) Question : Les prochaines élections législatives auront lieu au mois de juin. S’il est élu président de la République, souhaitez-vous qu’Emmanuel Macron dispose d’une majorité absolue de députés à l’occasion de ces élections législatives ? 34 28 42 67 93 71 50 30 14 30 66 72 58 33 7 29 50 70 86 70 EXG PC FdG EELV PS En Marche ! Modem UDI LR FN Aucun parti SELON LA PROXIMITÉ PARTISANE ST Oui ST Non Base : Inscrits 15% 24% 31% 30% Oui, tout à fait Oui, plutôt Non, plutôt pas Non, pas du tout ST Oui 39% ST Non 61%
  28. 28. 28 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 2828

Source: https://www.slideshare.net/IpsosFrance/2e-tour-prsidentielle-2017-comprendre-le-vote-des-franais

 

Reconnecting Asia : Mapping continental ambitions

Competing Visions
A geoeconomic contest is underway to shape Asia’s future. Regional powers are putting forward ambitious plans for building roads, railways, pipelines, and other hard infrastructure across the region. Drawing on official sources, CSIS experts developed the maps below to illustrate some of these competing visions. Each map captures, in broad strokes, the major infrastructure priorities of a leading actor. Collectively, these maps preview a competition as wide-ranging as the region itself. As this story unfolds, the collection below will be expanded and updated.

chinas_vision_10212016

Announced in 2013, China’s “One Belt One Road” (OBOR) initiative drives across the Eurasian landmass in two grand sweeps: the ocean-based 21st Century Maritime Silk Road and the overland Silk Road Economic Belt. As Chinese President Xi Jinping’s signature foreign policy effort, OBOR is striking for its opacity as well as its ambition. On the surface, it imagines a future Eurasia where all routes lead to Beijing. As an open-ended framework, however, the initiative is less clear. It combines new and older projects, covers an uncertain geographic scope, and includes efforts to strengthen hard infrastructure, soft infrastructure, and even cultural ties.

indias_vision_10212016

India’s vision is primarily focused on increasing connectivity within its own borders. Looking outside its borders, India sees the South Asian Association for Regional Cooperation (SAARC) as largely paralyzed. Instead, the Modi government is focused on assembling smalls groups of its neighbors or « coalitions of the willing, » in support of its regional economic objectives. Other efforts reflect India’s geopolitical interests. By developing Chabahar Port in Iran, for example, India intends to bypass Pakistan and access overland routes to Europe and Central Asia. Looking even further, Prime Minister Narendra Modi’s “Act East” policy aims to strengthen links between India and ASEAN nations, giving India’s landlocked northeast region better access to its southern ports and establishing new land corridors connecting India to Thailandthrough Myanmar.

japans_vision_10212016
Prioritizing east-west connections, Japan’s vision stems from decades of investing in Southeast Asia, where existing infrastructure reflects the needs of Japanese supply chains, especially maintaining access to the sea. Japan is acting swiftly to defend this incumbent advantage, and has boosted funding to expand “high-quality and sustainable infrastructure” in the region through its Partnership for High Quality Infrastructure. Consistent with the Master Plan on ASEAN Connectivity, Japan is backing a number of new land and maritime corridors that would increase connectivity between the Bay of Bengal and the South China Sea. Japanese Prime Minister Shinzo Abe has also expanded Japan’s diplomatic footprint, becoming the first sitting Japanese leader to visit all five countries of Central Asia.

russias_vision_oct25

Russia’s vision combines soft and hard infrastructure. The Eurasian Economic Union (EAEU) is Russia’s primary vehicle for regional economic integration, and officials have suggested it could be linked with OBOR. Reinforcing its economic and diplomatic pivot to the east, Russia is tapping into the Chinese energy market with a series of proposed natural gas pipelines. To its south, Russia aims to increase connectivity with Azerbaijan, Iran, and India through the North-South Transport Corridor (NSTC). To its north, Russia is planning additional projects to advance its energy and defense interests as the Arctic becomes more accessible.

southkoreas_vision_10212016
President Park Geun-hye’s Eurasian Initiative is expansive, incorporating railways from Seoul to the heart of Europe, shipping lanes through the Arctic, and enhanced fiber optic networks such as the Trans-Eurasia Information Network (TEIN) throughout Southeast Asia. Through increased diplomacy, South Korea is laying the groundwork for stronger relationships in the region and expanding its commercial relationship with Kazakhstan in particular. In light of current geopolitical obstacles, President Park’s initiative appears to contain both diplomatically ambitious and practical plans. Accounting for North Korea, this includes an imagined rail line through the demilitarized zone and an alternative undersea route for bypassing the North and connecting to Russia’s rail network.

turkeys_vision_10212016
Historically, Turkey has been a strategic land bridge connecting Asia and Europe while bypassing Russia. Today, Turkey is enhancing this position with major domestic, sub-regional and trans-national infrastructure projects such as the Baku-Tbilisi-Kars Railway. Turkey also plans to build thousands of kilometers of new roads and railways under the Vision 2023 initiative, which will mark a century since its independence. Collectively, these efforts would expand Turkey’s transportation networks and strengthen their connections with Asia and Europe.

Source: CSIS

La conférence « les effets du changement climatique sur les migrations et les conflits en Méditerranée »

European Parliamentary Research Service Blog

Écrit par Philippe Perchoc,

GABRIEL, Mariya (EPP, BG) GABRIEL, Mariya (EPP, BG)

La conférence « les effets du changement climatique sur les migrations et les conflits en Méditerranée » a été l’occasion de pointer du doigt quelques-uns des défis complexes et interdépendants qui attendent la grande région Méditerranée.

Mariya Gabriel, députée européenne, a ouvert l’événement en soulignant à quel point il était nécessaire de penser sur le long terme les relations entre les deux rives de la Méditerranée. En effet, le changement climatique aura des impacts structurels sur la région, à la fois en terme d’accès aux ressources, de migrations intra-nationales, mais aussi internationales. Madame Gabriel a souligné que « l’action extérieure de l’Union européenne doit anticiper davantage les sources d’instabilité et d’insécurité qui peuvent émerger autour du bassin méditerranéen ou dans le reste de l’Afrique, pour les prévenir et ne plus seulement réagir à des crises« .

Marie-Claire AOUN Marie-Claire AOUN

Marie Claire Aoun, directrice du programme…

View original post 506 mots de plus

La pauvreté de la science politique par Georgy Kunadze

 Ce rôle ‘civilisatrice’ de l’arsenal nucléaire est à nouveau en grande demande en Russie qui se relève graduellement, tout en retournant aux ‘valeurs traditionnelles européennes telles que la souveraineté, un État fort, l’éthique chrétienne et les normes morales’. Et l’Occident ayant perdu ces valeurs, et « vaincus, commence à agir … en violation de presque toute norme morale, juridique ou politique, que l’Occident lui-même a proclamé. »

En Russie, le domaine de la science politique est dans un état de crise. Cela est évident non seulement dans les œuvres des mystiques de la géopolitique et les charlatans de l’école ‘patriotique’, mais aussi dans les réflexions superficiels de leurs adversaires autoproclamés : les courtisans ‘libéraux’ respectables. Avec les premiers c’est clair depuis longtemps: ils sont fanatiques et scélérats ordinaires, simple comme les râteaux. C’est moins évident avec le dernier groupe. Ils sont instruits, ils maîtrisent couramment et ‘non-patriotiquement’ les langues étrangères ; ils sont chez eux en toute capitale occidentale. Ils comprennent tout à la perfection. C’est avec des représentants de cette ‘classe éduquée’ ou le problème réside. russie003Certains ont traversé ouvertement du côté de la réaction et révèlent avec enthousiasme de la folie. D’autres  déguisent avec diligence  ses vus autoritaires dignes de l’homme des cavernes dans ses propres formes académiques.

Je voudrais aborder la dernière contribution à l’apologétique du régime de Poutine dans l’article Le Concert de Vienne du XXIe siècle, écrit par le politologue bien connu, Sergei Karaganov.

De quelle manière l’anniversaire est  glorifié?

L’article commence par l’éloge de ‘jubilé glorieux’ – le 200e anniversaire de la défaite de Napoléon, formalisée lors du Congrès de Vienne en 1815. Un Concert des Nations a été formé au Congrès et qui avait fourni, selon Karaganov,  ‘de la paix presque absolue en Europe depuis plusieurs décennies et de l’ordre relativement pacifique pour près d’un siècle’. Cette déclaration est très controversée parce que le Congrès de Vienne a abouti à la redéfinition des frontières en Europe, ouvrant la voie à de nouvelles guerres, et parce que le but de notoire Concert des Nations était un retour à l’ordre européen qui existait avant la Grande Révolution française.bnf001

Cependant, encore plus intéressant est la raison pour laquelle l’auteur estime que le Concert des Nations a été bénéfique. Selon Karaganov, ‘l’ordre pacifique’ en Europe a été construit  ‘sans humilier la France vaincue’, et les grandes puissances qui ont créé cet ordre pacifique ont été relativement homogène et ont été «gérés par des monarques autoritaires… qui partageaient des valeurs communes … ». L’allusion pour le traitement prétendument humiliante de la Russie après sa défaite dans la guerre froide est tout à fait évidente. En outre, le rêve naïf de faire revivre un ordre par lequel  ‘les souverains homogènes, autoritaires’ font des deals eux-mêmes est tout à fait bien évident.

 

Comment nous avons arrêtés de nous inquiéter et comment nous adorons la bombe


Karaganov indique également que, malgré ce que notre ‘souverain autoritaire’, Staline, a convenu avec ‘leurs souverains’ à Yalta, en Février 1945, de la Seconde Guerre mondiale est née un monde divisé, plutôt qu’un ‘concert’ des nations homogènes. Il y aurait eu une nouvelle guerre, poursuit-il, si le Dieu n’avait pas envoyé à l’humanité un arsenal nucléaire, qui a sauvé et continue à sauver ceux qui l’ont, tout en refusant la protection divine à ceux qui ont choisi de ne pas en avoir. Yalta001Renoncer à son arsenal nucléaire n’a pas sauvé la Libye, déplore l’auteur, ‘correctement’ en ignorant l’autre exemple, beaucoup plus évidente et récente – l’Ukraine. La décision de l’Ukraine de renoncer à ses armes nucléaires ne l’a pas aidé de se protéger contre l’agression de la Russie. Mais la possession des armes nucléaires de la Russie l’a aidé grandement: Si la Russie voudrait saisir toute l’Ukraine, personne ne se serait battu contre elle. Selon Karaganov, c’est exactement ça qui équivaut ‘au rôle civilisateur des armes nucléaires’ dans un monde où certains gouvernements sont ‘plus égaux que d’autres’ comme on les pourrait décrire en termes d’Orwell.

La décision de l’Ukraine de renoncer à ses armes nucléaires ne l’a pas aidé de se protéger contre l’agression de la Russie. Mais la possession des armes nucléaires de la Russie l’a aidé grandement: Si la Russie voudrait saisir toute l’Ukraine, personne ne se serait battu contre elle. Selon Karaganov, c’est exactement ça qui équivaut ‘au rôle civilisateur des armes nucléaires’ dans un monde où certains gouvernements sont ‘plus égaux que d’autres’ comme on les pourrait décrire en termes d’Orwell.

Ce rôle ‘civilisatrice’ de l’arsenal nucléaire est à nouveau en grande demande en Russie qui se relève graduellement, tout en retournant aux ‘valeurs traditionnelles européennes telles que la souveraineté, un État fort, l’éthique chrétienne et les normes morales’. Et l’Occident ayant perdu ces valeurs, et « vaincus, commence à agir … en violation de presque toute norme morale, juridique ou politique, que l’Occident lui-même a proclamé. »

‘À en juger par la rage actuelle contre la demande croissante pour le respect des intérêts de la Russie’, poursuit l’auteur d’un air suffisant, ‘le pays aurait été achevé … si ses ingénieurs faméliques, ses scientifiques et ses militaires n’avaient pas sauvegardé, grâce à leurs efforts héroïques, le potentiel nucléaire du pays dans les années 1990’. L’imagination vivement peinte dans un tableau épique: patriotes héroïques qui cachent le patrimoine le plus important du pays – son arsenal nucléaire – des cohortes avides d’Eltsine qui rêvaient de s’en débarrasser tandis que l’Ouest-Traître n’a eu qu’attendre pour terminer avec la Russie. Karaganov croit-il vraiment dans tous ces contes de fées? Je me souviens qu’il a écrit différemment dans les années 1990. Peut-être que l’auteur souffre de l’amnésie? Bien sûr que non. Il se souvient parfaitement de tout. Il a décidé tout simplement de botter en touche afin de suivre la tendance à l’ordre du jour.

À présent, Karaganov prévient que le processus pour que la Russie ‘se lève de ses genoux’ ne sera pas facile. Il parle encore de cette « réaction hautement rigide et même douloureuse de l’Occident à la politique russe qui vise à arrêter l’attaque sur ses intérêts en tentant d’attirer l’Ukraine dans sa zone d’influence et de contrôle ». Vraiment, quoi de plus naturel que de prendre un morceau d’un pays voisin ou l’incitation à une rébellion séparatiste dans un autre de ses régions? Ceux-ci sont strictement des mesures défensives et préventives par rapport à un État souverain qui vu de Russie soit dans sa sphère d’intérêts ‘légitimes’. Et l’utilisation de l’Occident de ses sanctions comme son «arsenal nucléaire économique» à lui est vouée à l’échec: parce que maintenant c’est clair à tous combien c’est dangereux de se fonder sur les institutions occidentales, ces règles, ces systèmes de paiement et ses devises.

Autres géopolitique traditionnelles

Karaganov conclut avec le retour du monde à la ‘géopolitique traditionnelle’, mais avec la mise en garde que ce sera ‘une autre géopolitique’ (apparemment les mots ‘traditionnel’ et ‘autres’ sont utilisés de manière interchangeable dans sa version de russe). Dans cette «autre géopolitique» la puissance militaire – à laquelle la Russie a compté si lourdement dans le ‘Conflit en Ukraine’ – sera d’une importance réduite. Économie jouera le rôle décisif parce que le bien-être de la population est la plus grande demande des masses. Tandis que tout ne va pas bien avec l’économie en Russie la Chine se porte bien. Et avec le Chinois, nous additionnons 1,5 milliard de personnes (la Chine a un 1,25 milliard et nous avons 140 millions). Le bloc économique le plus puissant dans le monde se lève sur l’Asie continentale – la Grande Commonwealth eurasienne – qui émergera avec l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) comme son noyau. Naturellement, il n’y a pas d’alternative à cela.Putin_and_Hu_JintaoPeace_Mission_2007 Le nouveau bloc sera ouvert aux pays de l’UE, tandis que le futur rôle des États-Unis n’est pas clair. Tout d’abord, laissons inutile élite américaine de décider ce qu’elle veut. Laissons les États-Unis de suivre l’exemple de la Russie et de son ‘élite de l’esprit global, de sa diplomatie de première classe et des avantages de sa géographie’. Mais d’abord, les États-Unis devraient au moins lever les sanctions contre la Russie, en reconnaissant à la Russie le droit légal de faire avec l’Ukraine comme elle lui plaît.

L’esprit ne peut pas comprendre comment juger les compétences et l’intégrité d’un politologue qui compose, en 2015, un traité dans lequel l’absolutisme du XIXe siècle est salué comme l’avenir radieux de l’humanité tout entière. Mais nous sommes dans une ère de la Russie, pour citer les frères Strougatski, quand « On n’a pas besoin de gens intelligents. Nous avons besoin de gens loyaux. »

Eh bien, mais la réalité est encore pire

Au début des années 1990, l’URSS a subi la défaite dans la ‘Guerre Froide’, le menant à la faillite de son système économique, politique, idéologique et gouvernemental. La Russie est devenue le successeur de l’URSS, puis elle a semblée à beaucoup, d’être, un état proto-démocratique et libre, capable de devenir, dans le temps, un membre digne de la communauté démocratique occidental. Une telle Russie n’était pas du tout le perdant de la guerre froide. Elle a été le vainqueur, un pays capable de se libérer du cercle vicieux de son grand, mais tragique destin. Le monde civilisé avait admiré une telle Russie, il lui a souhaité le succès et l’a aidée, pas toujours comme nous l’aurions voulu certes. Une telle Russie avait une crédibilité sans précédent dans le monde. Et elle avait regardé son avenir avec un optimisme quelque peu naïf certes. Puis vint de nombreux échecs et les erreurs: il s’est avéré que les vieilles habitudes indignes ont la vie longue. Les certains nouvelles-là, ne sont pas mieux. Et puis le malheur, habillé en vêtements blancs de succès, est venu: les prix mondiaux des hydrocarbures ont fortement augmenté. Inattendue, en tous cas, non gagnée, la richesse a complètement corrompu notre gouvernement et notre conscience. 1020505073En conséquence, la Russie s’est voit elle-même comme une version allégée de l’URSS et a sérieusement entamée la restauration de vieux ‘ordre’ dans sa taïga, dans lequel elle a l’intention d’inclure toutes les anciennes républiques soviétiques. Une nouvelle ‘doctrine Brejnev’ est sorti des profondeurs de l’inconscient des autorités. Une nouvelle ‘Guerre Froide’ est devenu inévitable. Dans cette nouvelle ‘Guerre Froide’ la Russie ne peut ni atteindre la victoire, ni subir une défaite totale: Ce n’est pas en vain que le Dieu lui a envoyé l’arsenal nucléaire.

Traduction: A. Isakovic

Source

L’héritage ambigu de l’année 1989 par Ivan Krastev

mur01«L’histoire est une ironie en mouvement » avait écrit le philosophe européen Emil Cioran il y a un demi-siècle environ. Et il avait raison. Il y a vingt-cinq ans, Européens de l’Est ont détruit le mur de Berlin et ont ouvert leurs bras vers le monde au-delà de leurs frontières. Aujourd’hui, avec le même enthousiasme, les mêmes Européens de l’Est sont en train de reconstruire les murs détruits dans l’espoir de trouver une protection contre la misère et les dangers d’un monde devenu plus grand. Et le président russe Vladimir Poutine n’est pas le seul à blâmer la démocratie et la destruction créative du capitalisme pour le désordre actuel du monde. Jamais auparavant les legs de 1989 n’ont été plus contestée ou plus ambigus.
Dans la première décennie après la fin de la guerre froide, les observateurs politiques ont été focalisés sur la façon dont la chute du mur de Berlin a changé les anciennes sociétés communistes. Les changements ont été spectaculaires. Les gens devenaient plus libres, plus prospère et plus mobile. L’intégration européenne a été un franc succès et l’Union européenne prise comme un modèle du monde à venir. Mais en 1990, déjà, le politologue américain Ken Jowitt a averti que c’est le déni politique et intellectuelle de croire que l’effondrement des régimes communistes suffira pour que le reste du monde en soit largement épargné. L’impact global de l’année 1989 est, donc, l’héritage que nous devrions saisir.
Ce que nous commençons à réaliser c’est que la propagation de la démocratie et du capitalisme, rendu possible en 1989, a également changé la nature même de la démocratie et du capitalisme. Les États-providence démocratiques de l’Europe occidentale ont été victimes dans la victoire sur le communisme. Dans les années de la guerre froide, afin de garder la frontière fermée avec le communisme, les démocraties occidentales ont gardé les frontières entre les classes sociales ouvertes. Dans ce temps des démocraties nationales, le citoyen électeur était puissant parce que cette personne était en même temps un citoyen-soldat, citoyen-travailleur, et le citoyen-consommateur. La propriété du riche dépendait de la volonté des travailleurs à défendre l’ordre capitaliste. La défense du pays dépendait le courage du citoyen-électeur de se dresser contre ses ennemis. Le travail de cette personne faisait le pays riche et la consommation de cette personne a été le moteur de l’économie.
Pour comprendre le sentiment qu’aujourd’hui en l’Ouest la démocratie est en crise, nous avons besoin de regarder comment la dépendance des politiciens sur les citoyens a été érodée. Lorsque les drones et les armées professionnelles remplacent le citoyen-soldat, le motif principal de l’intérêt de l’élite au bien-être public est sensiblement affaibli. Inondant le marché du travail avec des immigrants à faible coût, tout en externalisant la production, les élites ont également réduite leur volonté à coopérer. Pendant la récente crise économique, il est devenu évident que la performance du marché boursier américain ne dépend plus de la capacité de consommation des Américains. C’est une raison de plus pour laquelle les citoyens perdent leur influence sur les groupes dirigeants. La perte de l’influence du soldat-citoyen, du citoyen-consommateur et du citoyen-travailleur explique la perte de pouvoir des électeurs. Nous y voilà avec le sentiment amer que ce qui a été annoncé en 1989 comme une libération des peuples est devenue la libération des élites. Et c’est bien la perte de pouvoir des électeurs qui alimente la méfiance croissante envers les institutions démocratiques et chauffe la révolte contre les élites.

L’accélération de la mondialisation et sa reconfiguration du monde est l’héritage le plus important de la chute du mur de Berlin. En 1980, l’enquête sur les valeurs mondiales a constaté que la richesse économique était sans rapport avec les niveaux de bonheur dans les sociétés. Les Nigérians d’alors étaient heureux comme Allemands de l’Ouest. Des études récentes montrent que les Nigérians  sont désormais heureux en fonction de leurs revenus. Une des raisons de ce changement est que, en 1980, très peu de Nigérians avaient une idée de comment les Allemands de l’Ouest vivaient. Cela n’est plus le cas aujourd’hui. Si il y a une dictature qui se développe dans l’âge de la démocratisation, c’est bien la ‘dictature des comparaisons’. Il y a trois décennies les gens se sont comparés avec le voisin à côté ; maintenant les comparaisons ont pris une dimension mondiale. Et la propagation des idées occidentales, de ses institutions et de ses pratiques n’ont seulement échoué à occidentaliser le monde, mais ont également conduite à un détournement de pouvoir de l’Occident.
Aujourd’hui, alors que nous luttons pour trouver un moyen de gérer non plus la mondialisation mais la réaction contre elle-même, comment devrions-nous juger les héritages de 1989?

Ivan Krastev
Traduction : Azra Isakovic
Source : GMF

Dossier d’actualité de l’Ifri: Cop21 Paris 2015

cop21_002A la veille de l’ouverture de la COP21, le Sommet de Paris sur le climat, l’issue des négociations reste incertaine. La volonté politique de parvenir à un accord mondial n’a jamais été aussi forte, mais il faut encore trouver la voie du consensus sur de nombreux points comme la révision des objectifs nationaux de réduction des émissions ou encore le soutien financier aux pays en développement. Pour cet ultime rendez-vous, les 196 délégations devront dépasser les clivages historiques sur la répartition des efforts pour construire un modèle de coopération internationale novateur et durable.

Pour mieux comprendre ce qui se jouera au Bourget du 30 novembre au 11 décembre 2015, l’Ifri vous propose des éléments d’analyse sur les points clés de la négociation en cours ainsi que sur  la façon dont les questions de préservation du climat et de transition énergétique sont abordées dans différentes régions du monde.

 

Etudes / analyses :

Shaping Expectations to Foster the Low Carbon Transition: Can COP21 be a catalyst for action?, Carole Mathieu (Ifri), Rafaela Hillerbrand (KIT), Steve Pye (UCL), Insight_E Hot Energy Topic #11, October 2015
L’après COP21 – compte rendu de conférence, novembre 2015
India’s approach to climate negotiations: from the South to the North, Lydia Powell, Asie.Visions 79, septembre 2015
S’adapter au changement climatique, Marie-Claire Aoun, in RAMSES 2016, Ifri, septembre 2015                          

L’accord de Paris : des engagements contraignants ?, Carole Mathieu, in RAMSES 2016, Ifri, septembre 2015

Japan’s Energy and Climate Policy : Towards Dispelling the Uncertainties, Sylvie Cornot-Gandolphe, Carole Mathieu, Note de l’Ifri,  juin 2015
China’s Coming of Age on Climate Change. Just in time for Paris?, Aurélie Faure-Schuyer, John Seaman, Note de l’Ifri, juin 2015
Looking Ahead to COP21: What Korea has done and what Korea should do, Suh-Yong Chung, Actuelle de l’Ifri, juin 2015
Le secteur des énergies fossiles face au risque carbone, Carole Mathieu, Actuelle de l’Ifri, avril 2015

De 2020 à 2030, de Copenhague à Paris: l’age de raison de la politique climatique européenne?, Carole Mathieu,Actuelle de l’Ifri, décembre 2014

14